©rincapsy2019
  • Facebook - Grey Circle

A la rencontre de notre enfant

En chacun de nous se trouve un enfant qui souffre. Nous avons tous connu des périodes difficiles et pour beaucoup d’entre nous, nous avons été perturbés durant l’enfance. Pour nous protéger de toute cette souffrance, la solution trouvée a été d’oublier ces épisodes douloureux. Chaque fois que la douleur se réveille, cette sensation nous est si insupportable que nous la refoulons. Nous pouvons ainsi passer des années à négliger notre enfant blessé. 

La souffrance de notre enfant est pourtant toujours là et tant que nous nous bloquons dans une attitude défensive, notre existence est dominée par les moyens que nous utilisons pour fuir cette souffrance.

Notre enfant blessé a besoin d’amour et de soins.

 

Voici les étapes qui peuvent soulager la souffrance de notre enfant intérieur :

 

Reconnaitre notre conflit intérieur

 

Il est important de reconnaitre nos émotions  et les signaux que notre corps nous envoie ( peur, anxiété, colère... ) et d’accueillir cette souffrance. Quand nous éprouvons une émotion disproportionnée en regard de ce qui se passe, c’est que l’expérience à une similarité avec un ancien traumatisme.

L’énergie de pleine conscience peut nous y aider. Comme une loupe, elle nous permet de reconnaitre nos émotions et sensations corporelles. La pratique de la pleine conscience permet de faire circuler nos noeuds de tensions sans les éviter. Nous apprenons à les accueillir, à accepter leur présence et à les transformer. 

 

Reconnaitre que l’on a été blessé

 

Certaines attitudes de nos parents ont blessé notre âme, c'est important de l'accepter sans les minimiser. Nous avons pu être ignorés, humiliés , utilisés pour combler le besoin de nos parents; nous n’avons alors pas pu être nous mêmes. 

Sortir de l’idéalisation de nos parents est important pour ne pas conclure que nous étions de mauvais enfants. 

Cette reconnaissance va nous permettre dans un deuxième temps de comprendre que nos parents ont eux mêmes été des enfants blessés. Nous sommes porteurs de leurs blessures et eux mêmes de la blessure de leurs parents. Ils se sont sentis démunis face à leur souffrance ne sachant pas  comment la gérer. Nous pouvons alors ne pas les blâmer.

 

Réagir en adulte aimant

 

Notre engagement va être :

-D'entendre la voix de notre enfant intérieur nous dire ce qui se passe en nous. Nous pouvons pour cela nous poser des questions :

"Que se passe t'il, pourquoi ressens tu cela?"

Pour ce faire, nous pouvons poser les questions à voix haute, l’écrire, utiliser une poupée ou profiter d'une méditation. 

-De dialoguer quotidiennement avec notre enfant intérieur  "Cher enfant blessé, je suis là pour toi, prêt à t‘écouter. Dis moi de de quoi tu souffres,  je t’écoute vraiment"

 

Si nous voulons comprendre d’où vient notre malaise, il faut rentrer en nous même et porter notre attention sur nos sensations physiques.

 

 

Inviter notre enfant intérieur à vivre les belles choses du présent

 

Une fois que nous avons compris comment l’adulte que nous sommes continue à perpétuer ses croyances et sa souffrance, il faut avancer pour ne pas rester bloqué dans le passé. 

Pour cela, il est aussi important de dialoguer avec notre enfant dans les bons moments et l’inviter à faire connaissance avec la vie dans le moment présent. La véritable pratique consiste à prendre notre enfant par la main et à partager un coucher de soleil, le chant des oiseaux, chaque moment joyeux.

 

 Agir, réconcilier les pensées de notre adulte avec les besoins de notre enfant.

 

Il faut du courage pour agir, remettre en question ce que l’on a cru longtemps, changer notre comportement avec les autres, arrêter de les prendre en charge par exemple…changer notre attitude dans certaines situations.

Le fait d’agir apporte de l’amour à notre enfant et lui montre qu’il est digne que l’on prenne soin de lui.

 

Etre dans l’intention d’apprendre et de grandir.

 

 

 

 

Tags:

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

RECENT POSTS
Please reload

SEARCH BY TAGS
Please reload

ARCHIVE
Please reload